LES FRAIS DE PARTICIPATION AUX MISSIONS OU CHANTIERS
http://medias.psychologies.com/storage/images/planete/societe/interviews/de-la-symbolique-de-l-argent/736106-2-fre-FR/De-la-symbolique-de-l-argent_imagePanoramique647_286.jpg
« Pourquoi le bénévolat à l’étranger est-il payant ? » C’est une des questions les plus souvent posées à propos des missions humanitaires et autres formes de volontariat. Autrement dit : pourquoi devrais-je payer pour donner de mon énergie et de mon temps ? La réponse tient en quelques mots : parce que tout cela a un coût .Nous vous expliquons sur notre site web pourquoi c’est le bénévole qui doit le plus souvent mettre la main au portefeuille.
Il est à noter que nous ne recevons aucune subventions ni aide venant de l'Etat et de nulle par ailleurs. C'est donc les cotisations des membres de l'association et les frais de participation au chantier des volontaires nationaux, internationaux  et membres du bureau qui servent à financer :
 
Quels sont les coûts d’une mission de bénévolat à l’étranger ?
 
Préparation et gestion de projet
Organiser un projet de volontariat à l’étranger de qualité est une affaire complexe. Il s’agit de satisfaire les besoins et les demandes de trois groupes d’intérêts :
  1. Les bénévoles
  2. Le projet qui accueille ces bénévoles (une école ou une réserve naturelle par exemple)
  3. Les bénéficiaires du projet dans lequel les bénévoles s’engagent
Les frais sur place : bien plus que le logement et la nourriture
Le séjour sur place n’est pas gratuit non plus, même si le coût de la vie est moins élevé qu’en Europe. « Bien sûr », vous allez dire maintenant, « Je suis évidemment prêt à couvrir les frais pour mon toit et mon couvert. » Mais hélas, les frais ne s’arrêtent pas là.
Aviez-vous aussi pensé à ceci ?
  • Les coûts de transport de l’aéroport au lieu de la mission
    Ce seul point peut rajouter plus de 100€ à la note pour les projets situés en milieu rural qui nécessitent des véhicules tout-terrain pour les rejoindre. D’ailleurs, qui dit véhicule, dit aussi prix d’achat et coût d’entretien !
  • Les coûts du personnel qui fournit le support sur place.
  • L’organisation de formations ou de rencontres de la communauté de bénévoles
  • L’assurance
  • Dans des régions isolées où la nature règne encore en maître, notamment pour les projets de protection de la nature et d’éco volontariat, la création des infrastructures nécessaires demande souvent de gros investissements que chaque volontaire amortit un peu.
Cas particulier et sensible : les dons au projet d’accueil
La partie du prix de participation qui sera éventuellement versée au projet d’accueil représente un cas à part et particulièrement sensible. C’est une question sensible parce que beaucoup de volontaires ne se posent même pas la question : évidemment qu’une partie importante de leurs frais de participations vont directement dans les caisses du projet local ! Il y a pourtant de bonnes raisons de justement dissocier le travail bénévole d’un côté, et le versement de fonds de l’autre.
Les deux côtés ont de bons arguments. En résumé :
Pour le versement d’aides
  • L’aide des bénévoles occidentaux n’est qu’indirectement utile. Il existe beaucoup de choses pour lesquelles l’argent est indispensable.
  • Ce qui est une petite somme facile à rassembler pour beaucoup de bénévoles représente un apport significatif pour les projets.
Pour la dissociation
  • Conserver l’indépendance financière du projet qui ne doit pas dépendre de la présence ou non de volontaires.
  • S’il y a de l’argent pour chaque bénévole, le projet risque de s’aligner sur les besoins des volontaires et non pas sur ceux des bénéficiaires locaux.
Si ce sujet vous tient à cœur, nous vous encourageons à vous informer directement auprès de votre organisme de volontariat et à écouter les arguments des deux côtés.
Frais de bureau, de personnel, et administratifs
Pendant toute la durée du projet, le financement des frais de fonctionnement incombe à l’organisme de volontariat comme pour toute autre organisation :
  • Loyer, électricité, eau, chauffage
  • Comptabilité
  • Télécommunications
  • Fournitures de bureau et informatiques
  • Assurances
  • Assistance juridique
  • Etc.
  • Aussi bien dans votre pays d’origine que dans votre pays d’action. Ce qui double donc la note.
Puisque ces coûts de fonctionnement ne dépendent qu’en partie de la durée de votre séjour, les séjours les plus longs sont souvent moins chers au mois. Les frais fixes sont ensuite répartis sur plusieurs mois. Jetez un œil à la grille de prix de votre projet préféré et vérifiez si vous ne pouvez pas participer un peu plus longtemps. Ça serait également plus utile pour votre projet !

 

Y a-t-il des missions moins chères ?
Bien sûr il ne faut pas mettre tous les projets dans le même sac. Comme partout, il y a des différences de prix significatives entre les projets, même dans le cadre d’un volontariat libre. Si l’organisme de volontariat de votre choix est géré lui-même par des bénévoles, cela peut effectivement faire baisser le prix. En revanche, vous devez vous attendre à des horaires de bureau restreintes, un choix limité et peu d’aide pour la logistique de votre expérience bénévole. A l’inverse, le salaire d’une équipe de support à plein temps sur place fait monter les prix.