Nos réalisations et Témoignages
Voyager a l’étranger, faire de se rendre utile
 
Cet été, je suis partie au Togo en Afrique, dans le but de faire du soutien scolaire avec des enfants d’école primaire. Beaucoup rêvent de partir à l’étranger pour s’immerger dans une culture inconnue et “aider” mais cela coûte de l’argent, prend du temps et peut paraître inquiétant. Pourtant, aujourd’hui cela est possible.
Je suis partie avec une association togolaise , AHVD-TOGO
 
Quand nous sommes arrivé au village nous nous sommes vus offrir quelques verres de “togo gin”, nous avons dû les boire cul sec pour honorer notre hôte avant de gagner, tant bien que mal, notre lieu d’habitation temporaire.
Au niveau des cours il a été mis l’accent sur l’apprentissage du français. Pour les plus petits niveaux l’objectif a été de connaître parfaitement l’alphabet par la reconnaissance de l’ensemble des lettres. Pour les autres, la constitution des phrases, la conjugaison du verbe être avoir…
Nous avons insisté sur le fait que les cours se passent en alternant apprentissage théorique, chants, jeux…
C’est notre premier voyage à l’étranger et  nous avons appris à nous connaître malgré toutes nos différences culturelles, je pense que cela demande beaucoup d’investissement, de communication, d’empathie et une grande ouverture d’esprit pour faire durer les actions. Mais ne perdons pas nos objectifs.
Marilyne
Avant notre arrivée il y avait eu un bon travail de fait à Tsévié par AHVD-TOGO. Quatre personnes référentes avaient été définies afin de travailler avec nous. Le groupe de femmes qui étaient intéressées pour suivre les cours d’alphabétisation était au nombre d’environ 35,40 personnes.
Le lendemain de notre arrivée, nous avons réunit l’ensemble des femmes afin de faire connaissance. Dans un premier temps nous avons formé deux groupes, Nicole et moi avons pris le groupe des personnes ayant un faible niveau (CP CE1 CE2) et Anael et Carole le meilleur niveau (CM1 CM2 collège). Pendant deux jours nous avons suivi les cours en binôme avec l’aide des référentes. Nous avons appris à faire des conversations selon les niveaux. Mais nous nous sommes très vite aperçu de la différence de niveaux des femmes et de la difficulté de faire les cours en duo. Chaque bénévole avait envie d’avoir sa propre classe et de travailler avec sa référente. Ainsi à partir de la seconde semaine, nous avons constitué quatre groupes, pas de niveau de français, CP CE1, CE2 CM1 CM2, et niveau collège.
Selon les niveaux, l’apprentissage est vraiment différent.
Pour les deux premiers niveaux, nous avons privilégié l’oral. (les salutations, Que fais-tu ? ou vas-tu ? les couleurs, les fruits et les légumes, les sentiments….). Nous avons essayé d’utiliser des visuels afin de rendre les cours le plus ludique possible. Ce n’est que la troisième semaine que nous avons utilisé l’écrit ; apprentissage de l’alphabet, écriture du nom des femmes selon une méthode défini (constitution des lettres par le biais de pointillé). Nous avons vécu de grand moment d’émotion. Certaine femme d’un certain âge n’avait jamais fréquenté l’école et elles ont été émues quand elles ont réussi à écrire leur nom.
Pour les deux autres niveaux, les femmes ont travaillé en parallèle l’oral et l’écrit. Elles ont fait des explications de textes, de petites rédactions et des discussions sur des thèmes définis.
A la fin de chaque cours nous apprenions des chants et nous dansions. C’était un moment très convivial et chaleureux où les femmes ont beaucoup appréciées.
 
Martine

 

Ce séjour humanitaire a été une expérience inoubliable pour moi. Elle m’a apporté beaucoup, tant au niveau des connaissances telles que la peinture, la rénovation, la sensibilisation et le soutien scolaire qu’au niveau émotionnel. J’ai découvert une nouvelle culture que j’apprécie particulièrement grâce à la gentillesse des gens, leur travail, leur musique et leur danse. Cela m’a appris que finalement on est dans un très grand confort en France, même trop grand confort car on gaspille beaucoup. Rien qu’au niveau des douches, on se rend compte qu’avec un seul seau on peut prendre une douche agréable. Au niveau des activités, la peinture à la chaux est quelque chose de nouveau pour moi. Et au niveau de la rénovation, on a pu se confronter aux problèmes dûs à la chaleur, le manque de matériel… Mais cela nous apprend à être autonomes. En bref, ce séjour a été vraiment très enrichissant à tous les niveaux. C’est pour cela que je pense que ces camps chantiers doivent être suivis et que cela dure encore longtemps car on en ressort grandi.

Cécile
 
Pour conclure, je dirais que je pense que le chantier du mois de juillet s’est bien passé. Je remercie les bénévoles Français et Togolais pour leur investissement, leur participation, leur état d’esprit (bonne humeur, esprit festif) qui ont fait cette réussite. Je suis fière du travail qui a été réalisé tant en soutien scolaire qu’en alphabétisation en mettant tout de même une mention spéciale à l’alphabétisation. C’est la première année que la ahvd participait à l’alphabétisation des femmes et je suis contente d’avoir pu leur apporter notre « mini expérience »….
C’est notre premier partenariat nous avons appris à nous connaître malgré toutes nos différences culturelles, je pense que cela demande beaucoup d’investissement, de communication, d’empathie et une grande ouverture d’esprit pour faire durer les actions. Mais ne perdons pas nos objectifs, les femmes et les enfants du Togo….
Merci à vous tous…

Florent

 

Il est difficile de s’imaginer un tel voyage, on a beau prévoir et faire de suppositions, on est toujours surpris et émerveillé. Durant trois semaines, on est surpris : surpris de voir la simplicité des gens, surpris du rythme de l’Afrique, surpris de ce que l’on apprend sur soi ; à travers toutes les activités propres au voyage humanitaire, mais aussi beaucoup grâce aux togolais qui veulent simplement partager. On vient pour donner, mais ce sont eux qui nous donnent réellement cette chaleur humaine qui est une leçon de vie, qui marque profondément nos cœurs, et que nous n’oublierons jamais.


Jules
 
Passer 3 semaines au Togo a été juste génial pour moi, mon groupe et moi avons fait du reboisement, de la peinture, du soutient et de l'animation à l'école ainsi que de la sensibilisation auprès des habitants du village d'Agébouvé. Que de moments inoubliables passés avec les enfants, les habitants avec qui le contact est très chaleureux. J'ai des images en tête inoubliables ... La joie de vivre des habitants est communicative, et il faut vraiment aller vers eux et passer du temps avec si l'on veut profiter pleinement de "l'aventure".


Guillaume
Je suis vraiment satisfaite de ce voyage à but humanitaire au Togo ! J’ai aimé faire de la sensibilisation, du soutien scolaire, de la peinture, de la rénovation et sans oublier la cuisine (fufu). Ce séjour à Agbelouve m’a fait réfléchir car je me rends compte de l’énorme confort que nous avons en France. La diversité des activités a été un plus pour cette association. Il est impossible de s’ennuyer, ce qui est super. J’ai aussi apprécié l’animation avec les enfants même si je ne suis pas aussi à l’aise que certains pour organiser des jeux. Je trouve qu’on a très bien été logé à l’institut. Les togolais ont une approche sociale différente des français et cela m’a touché. Lorsque j’ai donné un cadeau à une jeune fille togolaise, j’ai vraiment ressenti son « merci » du fond de son cœur. Cela dit, il est compliqué de donner des cadeaux aux enfants sans réussir à faire de jaloux. Je ne m’étais pas du tout imaginé prendre la parole devant des élèves de 5ème donc ça m’a permis de me découvrir en quelques sortes. La bonne humeur des togolais est exceptionnelle. Ces 20 jours sont tellement passés vite ! Pour moi, ça sera un séjour inoubliable.

Manon